Savoir comment dégager les mouvements d’un texte est primordial pour réussir l’épreuve orale du bac de Français.

En effet, les élèves doivent expliquer un texte, mais pas avec un plan thématique comme pour le commentaire littéraire. Pour autant leur réflexion doit être organisée autour d’un plan tiré des mouvements (ou parties) du texte.

Pour dégager les mouvements d’un texte, il faut réussir à suivre son fil naturel, et à observer comment il évolue. Ainsi, vous pourrez repérer les passages charnières, ou l’on passe d’une idée à l’autre. C’est passages indiquent la transition d’un mouvement à l’autre. Plus de détails dans ce qui suit !

Pour la méthode complète de l’explication linéaire pour le bac de français, c’est ici.

C’est quoi les “mouvements” d’un texte ?

Avant d’apprendre à les repérer, il faut bien être sûr de comprendre ce qu’ils sont, alors c’est parti.

À l’oral du bac, on vous demande d’analyser un passage extrait d’une oeuvre. Pour fabriquer votre plan, vous devez suivre les mouvements du texte.

Pour formuler la chose le plus simplement possible, on peut dire que les mouvements d’un texte, ce sont ses étapes.

Par exemple, si l’auteur commence par décrire une prairie, puis évoque les habitants qui l’occupent, et enfin la mésaventure d’un habitant en particulier, on a 3 parties distinctes, donc 3 mouvements.

Les mouvements d’un texte ne sont pas forcément lié à l’histoire. Ils peuvent présenter différentes idées, différentes époques, différentes personnages, ou simplement une progression dans le récit.

Ce qu’il faut retenir, c’est qu’un texte progresse. Donc nécessairement, on peut le découper en plusieurs étapes, ou parties, ce sont ces étapes que l’on appelle ses “mouvements”.

Comment dégager les mouvements d’un texte ?

La méthode générale consiste à observer l’évolution du texte. Dès que l’on passe d’une idée à une autre, on trace un trait sur le texte qui sépare 2 mouvements. Souvent, un texte pour le bac comporte autour de 3 mouvements.

Dans les faits, plusieurs éléments sont à observer et peuvent vous permettre de gagner du temps :
  • Y a-t-il des paragraphes ? Si oui, il y a de forte chance que chaque paragraphe corresponde à un mouvement.
  • Y a-t-il un passage à l’imparfait suivit d’un autre au passé simple ? On peut dans ce cas déjà considérer qu’il y a deux mouvements, une description suivie d’une narration.
  • Un personnage entre-t-il en scène au milieu du passage ? Si c’est le cas, cela correspond souvent au début d’un nouveau mouvement. Idem pour un départ de personnage.
  • Y a-t-il une longue digression par rapport au sujet principal du texte ? Si oui, c’est sûrement un mouvement isolé du texte.

Globalement, le plus simple et efficace est souvent de suivre son instinct. Un texte bien construit devrait faire sentir facilement au lecteur ses différentes étapes.

Quelques règles de base :
  • On ne coupe pas au milieu d’une phrase.
  • Normalement, on ne coupe pas un dialogue entre 2 personnages, sauf si le dialogue est très long et qu’il passe explicitement d’un sujet à un autre.
  • On essaye de trouver des mouvements équilibrés dans la mesure du possible.
  • On ne fait pas trop de coupure. Un texte ne devrait pas comporter 8 parties différentes. Vous pouvez sûrement en rassembler certaines.
  • Le début, c’est forcément le début, et la fin, la fin. Entre les deux, vous n’avez que deux séparations à faire pour obtenir 3 mouvements.

Le cas particulier des formes fixes en poésie :

Si vous tombez sur un texte court, comme un sonnet, utilisez le découpage naturel du texte. Il comporte 4 strophes, qui seront les 4 mouvements du texte. Éventuellement, rassemblez les 2 tercets s’ils forment une nette continuité.

Et au théâtre ?

Au théâtre, que du dialogue. Il faut donc bien comprendre de quoi parlent les personnages, et chercher les passages où le sujet se modifie, où la conversation passe d’une idée à l’autre.

L’entrée où la sortie d’un personnage est souvent une charnière.

Le cas d’un texte entièrement descriptif ?

Il est possible de tomber sur un texte qui ne fait que décrire un bâtiment, par exemple. Pas de panique, cherchez les endroits où le narrateur attire l’attention du lecteur sur une autre partie de ce qu’il décrit.

Si une maison est décrite, le moment où le narrateur décrit le toit et le moment où il décrit la porte sont deux mouvements différents.

Attention, rappelez-vous qu’une description n’est jamais “gratuite”.

Vous n’auriez pas à analyser une description qui ne sert qu’à décrire.

L’auteur cherche souvent à installer une atmosphère, à provoquer des sentiments ou émotions particuliers chez le lecteur, ou encore à faire des jeux d’analogie entre ce qu’il décrit et l’histoire qu’il raconte dans le roman.

Servez-vous du sens qui se dégage de la description pour la découper en plusieurs mouvements.

Comment annoncer les mouvements d’un texte ?

Une fois que vous avez trouvé les mouvements du texte que vous allez présenter, pensez qu’il faut les annoncer à la fin de l’introduction de votre explication linéaire. Vous devez aussi donner un titre à chaque mouvement qui explique succinctement son thème.

Pour cela, dites d’abord que vous mènerez votre analyse en suivant l’ordre linéaire du texte et en vous appuyant sur ses mouvements.

Dites ensuite que vous avez repéré (x) mouvements, le premier du début du texte à telle phrase (l.x) qui présente tel personnage, le second de telle phrase (l.x) à telle phrase (l.x) qui s’attarde sur les sentiments de tel personnage, et le dernier de telle phrase (l.x) à la fin du texte qui montre que tel personnage joue un double-jeu.

Il s’agit bien entendu ici d’un exemple. Vous utiliserez les numéros de ligne et les phrases de votre texte. Pour formuler un titre simple mais efficace pour chaque mouvement, le mieux est un groupe nominal court comme : “La description péjorative d’Argan”.

Conclusion :

Dans les faits, dégager les mouvements du texte ne devrait pas vous poser de problème. Bien souvent, ils apparaissent clairement après une ou deux lectures du texte.

Ce n’est pas une question piège, il faut aller au plus simple.

Souvenez-vous qu’être capable de dire qu’un texte comprend (x) mouvements qui évoquent tour à tour tel et tel sujet, c’est déjà avoir une bonne compréhension de ce texte.

C’est une étape préalable à toute analyse : elle vous évitera de vous mélanger. Plus vous structurez votre pensée, plus vous vous protégez contre le hors-sujet.

Explications linéaires corrigées : https://la-classe-du-litteraire.com/category/litterature/explications-lineaires/

Besoin d’une aide personnalisée ?

Je propose également des cours particuliers pour tous niveaux :

  • Préparation d’examens
  • Stages méthodologiques
  • Révisions culture littéraire
  • Grammaire et orthographe
  • Et bien d’autres possibilités

Le tout en 100% distanciel (par WebCam) à partir de 30 euros / heure.

N’hésitez pas à me contacter ([email protected]) pour davantage de renseignements, et pour réserver votre premier cours !

Recommended Articles

Leave A Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *