Les impatientes est un roman de Djaïli Amadou Amal, publié en 2017. Dans cette fiche de lecture, je vous propose un résumé complet de l’oeuvre, une explication du titre, une présentation des personnages et des thèmes, ainsi qu’un avis subjectif sur le roman.

L’histoire se déroule au nord du Cameroun. En partie basé sur l’expérience personnelle de l’auteure, ce petit roman raconte le destin de 3 femmes soumises au mariage forcé et à la polygamie dans une société qui ne les laisse pas s’exprimer.

Fiche de lecture Les impatientes : présentation du roman :

Publié à l’origine sous le titre Munyal, les larmes de la patience, le roman est remanié pour sa sortie en France afin de rendre son propos universel. Il reçoit en 2020 le Prix Goncourt des Lycéens.

Au Cameroun, l’auteure a reçu un hommage national en 2019. Ayant elle-même été mariée de force, elle a fuit cette condition et pris la plume pour lutter. Elle est faite chevalier de l’ordre de la valeur et reçoit les félicitations personnelles du chef d’État du Cameroun.

Son roman est inscrit au programme scolaire officiel camerounais en 2021.

Pourquoi le titre Les impatientes ?

La patience est une valeur primordiale dans la société peule et musulmane que décrit le récit.

Le mot Munyal désigne la patience et l’acceptation dont doivent savoir faire preuve les femmes.

Le titre du livre fait référence aux 3 personnages du roman qui refusent cet état des choses, et qui ne veulent pas faire preuve de patience. Elles sont donc les impatientes.

Le titre original “Munyal, les larmes de la patience” était très ciblé sur les femmes au nord du Cameroun, notamment par le mot “Munyal”. L’édition française a fait le choix d’un titre plus général. En effet, “les impatientes” peut désigner toutes les femmes qui s’impatientent de voir changer leur condition.

Édition originale des Impatientes

Fiche de lecture : Structure et Personnages du roman Les impatientes

Le roman comporte 3 parties. Un narrateur différent prend chaque partie en charge. Cette structure permet de critiquer le mariage forcé et la polygamie en exposant 3 angles différents.

Partie 1 : Ramla

Cette première partie permet d’exposer la situation et l’intrigue.

La narratrice, Ramla, doit arrêter ses études et abandonner l’homme qu’elle aime. En effet, son oncle l’a offerte en mariage à Alhadji Issa, un homme très riche qui souhaite prendre une deuxième épouse pour être plus heureux.

Cette partie présente au lecteur le fonctionnement de la société que critique l’auteure. Les femmes n’ont aucune liberté et sont uniquement contrôlées par les hommes. C’est l’occasion pour l’auteure d’expliquer le fonctionnement d’une concession (lieu de vie d’une famille polygame).

Partie 2 : Hindou

Le thème de cette partie est la violence faite aux femmes et le viol conjugal.

La narratrice est la demi-soeur de Ramla : Hindou. Elle n’a pas autant de “chance” que sa demi-soeur car elle est mariée de force à Moubarak, son cousin. C’est un homme violent, alcoolique et drogué. Il la viole et la bat régulièrement.

En plus, elle doit subir des humiliations car ce dernier n’hésite pas à la tromper au grand jour, ou encore à la forcer à regarder des films pornographiques et à reproduire les scènes.

Elle cherche à s’enfuir, mais sa famille la retrouve rapidement. Son père la bat et la renvoie chez son mari, après avoir menacé ce dernier de représailles s’il ne change pas d’attitude.

Hélas, elle ne reçoit dans l’ensemble aucun soutien de sa famille et doit supporter son mariage avec patience : “Munyal“.

Partie 3 : Safira

Le thème de cette dernière partie est la vie au sein d’une concession polygame. L’auteure y aborde en particulier le rapport difficile entre les coépouses.

La narratrice, Safira, est la coépouse de Ramla. Elle ne l’aime pas car elle considère qu’elle lui vole son mari. Elle a été habituée à la monogamie, mais il a subitement décidé de prendre une deuxième épouse, et aucune des deux femmes n’a eu son mot à dire.

Alhadji Issa tient Safira à distance et favorise Ramla qui a l’attrait de la nouveauté. Safira fait tout pour les séparer : vol d’argent, sabotage, maraboutage.

Finalement, Ramla parvient à fuir et Alhadji Issa se met en quête d’une nouvelle épouse que Safira se prépare à “affronter”.

Fiche de lecture : les thèmes du roman Les impatientes

La place des femmes :

Le roman commence par la liste des recommandations faites aux jeunes filles avant leur mariage.

Les familles disent à leurs filles d’être soumises, de tout faire pour ne pas gêner leurs époux, de se faire belles pour eux, de ne pas les indisposer par leur odeur, donc de mettre du parfum, etc. “Soyez soumises à votre époux” ; “Ne boudez pas” (p.18)

Les femmes passent de l’autorité de leur père à celle de leur époux. Quoi qu’il en soit, elles dépendent toujours d’un homme. Elle n’ont aucun libre arbitre et doivent tout accepter sans jamais laisser transparaître leurs sentiments.

“Il est naturel qu’un homme corrige, insulte ou répudie ses épouses.”

(p.146)

Le mariage forcé :

Les femmes ne sont pas en droit de choisir leur époux. C’est à leur père que revient cette tâche. En effet, les filles sont considérées comme trop jeunes et inexpérimentées pour pouvoir faire un bon choix, donc c’est le père qui doit s’en charger.

De plus “la coutume interdit aux filles d’éconduire un prétendant” (p.40), donc elles n’ont vraiment pas leur mot à dire. Les négociations se font uniquement entre hommes.

Le père doit placer ses filles encore vierges. Avant le mariage elles sont un fardeau pour lui, et il est déshonoré si jamais elles ont des rapports sexuels avant d’être mariées : “Le pire des pêchers pour un père est la fornication de sa fille.” (p.88)

“Tu as fait cela pour notre bien. Car, jeunes filles, que savons-nous de la vie ? Comment pourrions-nous choisir notre époux ?”

(P.82)

La vie dans une concession :

Ce thème est au centre du roman. Il est abordé en toile de fond dans chacune des parties, mais est particulièrement développé dans la dernière.

Les femmes ont leur propre appartement et passent tour à tour une semaine avec leur mari. Entre temps, tout n’est que concurrence et coups-bas. En effet, même si l’on pourrait s’attendre à une certaine solidarité entre épouses, il n’en est rien. Chacune se bat pour être la favorite, ou pour que ses enfants aient les meilleurs mariages.

La vie de la concession est gérée par la “daada-saaré”, l’épouse la plus ancienne : “Nous n’avions pas le droit de nous servir seules. C’est la daada-saaré, la première épouse de mon oncle, qui se chargeait de nous donner ce que nous devions préparer.” (p.116)

“Mais le pire, c’était pour elle de savoir que son infortune ferait le plaisir de ses coépouses.”

(p.141)

Les violences faites aux femmes :

On constate d’une part l’incroyable violence dont les hommes font preuve avec leurs épouses et leurs filles, et d’autre part la quasi impunité dont ils bénéficient. C’est presque toujours la femme qui est rendue responsable des méconduites de son mari.

Dans la deuxième partie, Moubarak viole Hindou lors de leur nuit de noces. Le lendemain on reproche à Hindou d’avoir hurlé trop fort : “Quelle honte ! Quelle impudeur ! Quelle vulgarité !” (p.109). En revanche, personne ne fait de reproche à Moubarak : “Il avait certes été un peu brutal mais c’était un jeune homme en bonne santé et viril.” (p.107)

“Un Peul meurt comme un mouton en se taisant et non en bêlant comme une chèvre.”

(p.109)

L’éducation des filles :

Elles sont peu nombreuses à avoir accès à l’éducation. Chanceuses sont celles que l’on laisse déjà aller à l’école et apprendre à lire. À quoi pourrait bien leur servir une éducation alors que leur époux est tenu de subvenir à leurs besoins ?

La mère de Ramla lui rappelle, alors qu’elle se plaint de ne pas pouvoir finir ses études à cause de son mariage forcé : “Jamais ton père n’aurait permis que tu ailles à l’université. Ni ici ni encore moins ailleurs.” (p.68)

Cependant, à la fin du livre, l’éducation est montrée comme un moyen d’émancipation. Ramla parvient à s’enfuir, et on découvre qu’elle suivait en cachette des cours par correspondance. L’éducation a donc été pour elle un moteur pour lutter contre son oppression.

Fiche de lecture : Pourquoi lire le roman Les impatientes ?

C’est un roman qui donne la parole à toutes celles qui ne l’ont pas.

L’auteure est bien placée pour décrire cette société invisibilisée, puisqu’elle en a fait partie. Elle sait bien que les femmes ne peuvent pas se plaindre. Écrire un livre ? La plupart ne sait même pas lire.

C’est donc un livre important, car l’auteure porte la parole de celle qu’on n’entend pas et qu’on ne veut pas voir.

En critiquant d’abord la situation au nord du Cameroun, le livre élargit son propos à la condition des femmes en général. Il s’agit donc d’un livre profondément féministe et militant, oeuvrant pour une prise de conscience du traitement inique des femmes dans certaines contrées du monde.

Le style est très simple et épuré. Cela permet de rendre le livre accessible à tous.

On pourrait reprocher une écriture un peu plate, mais elle est de toutes manières rehaussée par la force du propos. C’est donc un livre qui montre de manière simple et non filtrée la condition féminine au nord du Cameroun.

Ce n’est pas une belle histoire, mais un texte éclairant qui ouvre les yeux du lecteur sur une situation bien souvent occultée.

Fiche de lecture Les impatientes : Résumé par chapitre

Le but de ce résumé est de permettre aux personnes intéressées de trouver ou retrouver dans le livre les passages marquants sur tel ou tel sujet. Il ne saurait se substituer à la lecture des Impatientes, ce n’est d’ailleurs pas le but de cette fiche de lecture.

Partie 1 : Ramla

  • Chapitre I (p.15) : Recommandations faites aux futures épouses. Séparation de Ramla et Hindou, que leurs tantes emmènent de force chez leurs nouveaux époux.
  • Chapitre II (p.25) : Ramla arrive chez son mari et rencontre Safira qui se montre très froide avec elle.
  • Chapitre III (p.29) : Explications sur le fonctionnement d’une concession. Présentation de la mère et du père de Ramla.
  • Chapitre IV (p.35) : Passé et enfance de Ramla. Résumé de son éducation.
  • Chapitre V (p.43) : Annonce du mariage forcé.
  • Chapitre VI (p.51) : Tentative de résistance, mais résignation car chantage de son père sur sa mère.
  • Chapitre VII (P.63) : Les préparatifs du mariage.
  • Chapitre VIII (p. 71) : Angoisse la nuit précédant le mariage.
  • Chapitre IX (p.79) : Lamentation intérieure de Ramla.
  • Chapitre X (p.87) : Le départ de Ramla.

Partie 2 : Hindou

  • Chapitre I (p.93) : Première scène, mais avec le point de vue de Hindou.
  • Chapitre II (p.103) : La nuit de noces et le premier viol conjugal.
  • Chapitre III (p.113) : Vie quotidienne et scène de violence. Intervention infructueuse d’Hamza, beau-frère de Moubarak.
  • Chapitre IV (p.125) : Moubarak trompe Hindou. Elle court voir sa mère, mais est renvoyée par son père.
  • Chapitre V (p.145) : Déchéance de Hindou. Moubarak est de plus en plus violent et elle finit par prendre la fuite.
  • Chapitre VI (p.157) : Elle est retrouvée et fouettée par son père qui est convaincu qu’elle a un amant. Elle est rendue à son mari, qui est rappelé à l’ordre par son père.
  • Chapitre VII (p.171) : La vie continue comme avant et Hindou sombre dans la dépression.

Partie 3 : Safira

  • Chapitre I (p.181) : Rencontre entre Ramla et Safira du point de vue de Safira. Sentiments de la daada-saaré.
  • Chapitre II (p.199) : Injustice du mari, début de la “guerre” entre coépouses.
  • Chapitre III (p.219) : Safira détourne l’argent de son mari afin de payer des marabouts.
  • Chapitre IV (p.227) : Elle vole 10.000 euros, ce qui mène à la répudiation des deux épouses.
  • Chapitre V (p.249) : Après avoir réussi à calmer Alhadji Issa et réintégré la concession, elle reçoit les conseils d’un marabout de Centrafrique.
  • Chapitre VI (p.259) : Safira “sabote” Ramla et la fait accuser d’infidélité. Alhadji Issa entre dans une colère noire et menace Ramla avec un couteau. Cette dernière fait une fausse couche.
  • Chapitre 7 (p.275) : Ramla parvient à fuir. Alhadji Issa se met en quête d’une nouvelle épouse pour la remplacer et Safira accepte son sort et son rôle de daada-saaré.

Le mot de la fin :

Pour conclure cette fiche de lecture sur le roman Les impatientes de Djaïli Amadou Amal, j’ajouterais que c’est un excellent roman à présenter à l’oral du bac de français.

Si vous ne l’avez pas encore acheté, vous pouvez le faire en cliquant sur ce lien : acheter le roman.

Il existe également en livre audio pour ceux qui préfèrent écouter que lire : acheter le livre audio.

Il est tout à fait accessible à des élèves de première et offre un excellent support de discussion pour la deuxième partie de l’explication linéaire aux épreuves anticipées de français.

Autres fiches de lecture disponibles sur ce site : Mémoires de deux jeunes mariées, Balzac et La Vie devant soi, Ajar / Gary

Besoin d’une aide personnalisée ?

Je propose également des cours particuliers pour tous niveaux :

  • Préparation d’examens
  • Stages méthodologiques
  • Révisions culture littéraire
  • Grammaire et orthographe
  • Et bien d’autres possibilités

Le tout en 100% distanciel (par WebCam) à partir de 30 euros / heure.

N’hésitez pas à me contacter ([email protected]) pour davantage de renseignements, et pour réserver votre premier cours !

Recommended Articles

Leave A Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *